FANDOM


Grove

Comme beaucoup de jeux modernes, S.T.A.L.K.E.R. : Shadow of Chernobyl dispose de nombreuses différentes fins. Il en existe 7 au total, soit "vraies" soit "fausses". Ces fins peuvent survenir en fonction des actions du joueur tout au long du jeu. Le protagoniste peut être cupide et égoïste, un bon samaritain ou le plus odieux salaud qui n'ait jamais marché sur cette planète. Toutes les "fausses" fins sont conditionnées par la façon dont vous jouez du début à la fin. Si vous souhaitez assister à une "fausse" fin donnée, vous devrez adapter votre jeu depuis le tout début du jeu (c'est pourquoi vous n'êtes pas censé savoir à quelle fin vous aurez droit lors de votre première partie). Les "vraies" fins peuvent être atteintes peu importe votre style de jeu, tant que vous remplissez des quêtes spécifiques.

Il y a 2 "vraies" fins et 5 "fausses".

Les Fausses FinsModifier

Quand vous pénétrez dans les parties internes du Sarcophage, vous atteignez le tristement célèbre Réacteur N°4 de la centrale, responsable de la catastrophe de Tchernobyl réelle. Vous trouverez là une grande structure cristalline monolithique (d'environ 5-7 mètres de haut) : l'Exauceur de Vœux, une véritable légende. Si le protagoniste active la structure, l'une des 5 fins suivantes survient, selon vos actions tout au long de la campagne de jeu.

Ce qui caractérise l'Exauceur, c'est que quels que soient vos actes, et quel que soit votre vœu, il l'exaucera toujours d'une manière inattendue qui s'achèvera toujours par la punition du protagoniste plutôt qu'une récompense. Il "corrompt" en quelque-sorte votre vœu.

La fin "Positive"Modifier

Fin de Shadow of Chernobyl - Je veux que la Zone disparaisse01:01

Fin de Shadow of Chernobyl - Je veux que la Zone disparaisse

Vous pouvez obtenir cette fin si vous avez été irréprochable, c'est-à-dire si vous possédez moins de 50000 roubles sur vous, si votre réputation est "excellente" et si les leaders de la Liberté et du Devoir sont encore vivants.

Le protagoniste exprimera alors son vœu, qui est le suivant :

Je veux que la Zone disparaisse.

Une lumière aveuglante l'enveloppe alors, et il réapparaît debout dans une clairière luxuriante. Il reste immobile quelques instants avant de rouvrir ses yeux, qui sont devenus gris, pour découvrir avec horreur qu'il est désormais aveugle. La Zone a bel et bien disparu, mais seulement parce qu'il n'est plus capable de la voir. Comme mentionné au-dessus, c'est l'un des nombreux exemples de l'ironie vicieuse de l'Exauceur de Vœux.

La fin "Cupide"Modifier

Fin de Shadow of Chernobyl - Je veux être riche01:17

Fin de Shadow of Chernobyl - Je veux être riche

Pour obtenir cette fin, vous devez possédez sur vous au moins 50000 roubles, ce qui rend cette fin très commune pour la plupart des premières parties. Cette fin remplacera toutes les autres fins.

Le protagoniste exigera simplement :

Je veux être riche.

Soudainement, les boulons et les vis de la structure du Sarcophage commencent à se déloger et à pleuvoir au sol. Le protagoniste, ensorcelé par l'envoûtement du Monolithe, croit voir tomber une pluie de pièces d'or. Tendant la main, avec un rire dément, il se retrouve enseveli sous le toit du réacteur et meurt sur le coup. L'ironie de la situation réside en le fait que c'est réellement la cupidité du protagoniste qui l'a mené à sa perte, étouffé par l'or qu'il désirait tant (c'est du moins ce qu'il pensait).

La fin "Souveraine"Modifier

Fin de Shadow of Chernobyl - Je veux régner sur le monde00:50

Fin de Shadow of Chernobyl - Je veux régner sur le monde

Pour obtenir cette fin, vous devez éliminer les deux chefs de faction et posséder moins de 50000 roubles sur vous.

Le Protagoniste monte alors vers le Monolithe et dit :

Je veux régner sur le monde.

Tout en exprimant son vœu, il commence à se tordre de crampes. Soudain, il est soulevé dans les airs, et sa tête et ses bras émettent une vive lumière bleue. Alors qu'il se retrouve presque dans un état élastique, à force d'être écartelé, le Monolithe émet une brève impulsion, faisant aussitôt disparaître le protagoniste. Il semble qu'il ait été absorbé ou consumé par le Monolithe. Ce sinistre sort ne peut vouloir dire qu'une chose : le Monolithe faisant partie de la Conscience-C, dont le seul désir est de diriger le monde, être absorbé par le Monolithe revient à faire partie de la Conscience-C. Son vœu a ainsi été exaucé, mais pas exactement comme il devait l'espérer.

La fin "Immortelle"Modifier

Fin de Shadow of Chernobyl - Je veux l'immortalité00:55

Fin de Shadow of Chernobyl - Je veux l'immortalité

Cette fin peut être atteinte si vous n'avez rempli aucun des critères des autres fins. Vous devez donc posséder moins de 50000 roubles, avoir une réputation entre "terrible" et "excellent" (mais aucune des deux) et l'un des deux chefs de faction au moins doit survivre.

Le Protagoniste demandera à l'Exauceur de Vœux :

Je veux l'immortalité.

De façon abrupte et sans aucun suspens, il est alors rapidement changé en statue de métal, devenant ainsi indestructible et donc immortel, mais pas vivant pour autant.

La fin "Négative"Modifier

Fin de Shadow of Chernobyl - L'humanité est corrompue01:16

Fin de Shadow of Chernobyl - L'humanité est corrompue

Vous pouvez obtenir cette fin si vous avez eu un comportement atroce tout au long du jeu, c'est-à-dire si vous possédez moins de 50000 roubles sur vous, si vous avez une réputation "terrible" et si les deux chefs des factions de la Liberté et du Devoir sont toujours vivants.

Le Protagoniste exprimera alors son vœu, qui est le suivant :

L'humanité est corrompue et doit être contrôlée.

Note: en Russe il dit détruite plutôt que contrôlée.

Le protagoniste se tient alors debout dans le noir. Soudain, des images commencent à défiler dans son esprit. Le protagoniste se comporte lui-même comme si son propre cerveau recevait trop d'informations à la fois. Lorsque les images cessent enfin de défiler, la caméra s'éloigne lentement, confirmant que le protagoniste est effectivement coincé dans le néant total.

C'est l'une des fins les plus métaphoriques du jeu. Les images qui tournent sur l'écran consistent pour la plupart en des explosions nucléaires, des paysages désolés, des maladies et la mort. La fin pourrait ainsi se référer à deux possibilités différentes. Soit le protagoniste est parvenu à altérer le cours même de l'histoire, soit il n'a assisté qu'à un aperçu du futur. En demandant le contrôle de l'humanité, il semble qu'à la place de cela la mort et la destruction ont ravagé la planète. L'humanité a bien été contrôlée, dans sa globalité, mais cela la conduisit finalement à sa complète destruction (ce qui, dans la traduction Russe, aurait pu être le souhait initial du protagoniste). Ce dernier flotte désormais littéralement dans le vide, le monde autour de lui n'existant plus.

Une autre interprétation prétend que le Monolithe a implanté toutes les connaissances et l'histoire de l'humanité dans l'esprit du protagoniste, dans le but de le livrer à lui-même dans les ténèbres et le vide - il contrôle effectivement l'humanité en vertu du fait qu'il est l'humanité.

Les Vraies FinsModifier

Pour obtenir ces fins, vous devrez remplir certains critères spécifiques. Dans un premier temps, vous devez parler au Guide après avoir désactivé l'émetteur psi du Lab X-16. Vous devez ensuite suivre sa ligne de quête, qui vous mènera au Docteur dans la cachette de Strelok. Il vous informe que l'Exauceur de Vœux n'est qu'une illusion, et qu'il a été conçu dans un laboratoire secret près du Sarcophage. Il vous donne également les coordonnées d'une planque à Pripyat qui contient un décodeur fabriqué par Fang. Il vous permet de décrypter le verrou d'une porte spéciale à l'intérieur du Sarcophage. La cachette contient également quelques notes à propos du groupe de Strelok ainsi qu'une armure militaire.

Il existe cependant un moyen d'ouvrir la porte verrouillée sans posséder le décodeur, en utilisant la glitch du Fusil Gauss et ainsi d'obtenir les "vraies" fins sans rencontrer ni le Guide ni le Docteur.

Une fois la porte spéciale du Sarcophage ouverte, Strelok découvre le QG du Monolithe, un lieu où aucun autre stalker n'a jamais mis les pieds. Après avoir vaincu des hordes de soldats du Monolithe, Strelok parvient à un hologramme de l'Exauceur de Vœux. En détruisant l'orbe qui le surmonte (et qui semble fournir une sorte d'énergie inconnue), l'hologramme montre un homme qui s'agit en réalité de la Conscience Commune elle-même. L'hologramme raconte alors à Strelok le but de la Conscience-C, l'origine et la formation de la Zone, la signification de l'acronyme S.T.A.L.K.E.R. et lui en apprend plus à propos de son propre passé. À la fin, Strelok doit faire une décision extrêmement difficile : soit il rejoint la Conscience-C en lui dévouant son esprit, soit il refuse de la rejoindre.

Accepter l'offreModifier

Fin de Shadow of Chernobyl - Rejoindre la Conscience-C01:00

Fin de Shadow of Chernobyl - Rejoindre la Conscience-C

L'hologramme vous offrira, à la fin de votre conversation, une place parmi eux. Si vous acceptez, vous verrez le Tatoué placé dans une sorte de tube de stase et des électrodes posées sur sa tête. Il devient alors partie intégrante de la Conscience-C. Après cela, une scène montre le Docteur dans un marais lointain, accompagné de son Pseudo-chien de compagnie. Il exprime son anxiété à propos de Strelok, disant qu'il ne l'a pas vu depuis longtemps.

Décliner l'offreModifier

Fin de Shadow of Chernobyl - Vraie bonne fin HD01:49

Fin de Shadow of Chernobyl - Vraie bonne fin HD

Si au contraire vous déclinez l'offre de la Conscience-C, l'hologramme vous téléportera à l'extérieur. Vous serez forcé de quitter la centrale de Tchernobyl en passant plusieurs plate-formes. Vous devrez également passer à travers les 15 portails qui sont apparus pour achever cette fin. Vous rencontrerez une certaine résistance, que ce soit les soldats du Monolithe ou quelques Snorks. En empruntant le dernier portail, la séquence s'achève enfin. Le Tatoué pénètre dans une pièce étrange et découvre les tubes de stase qui contiennent les corps de la Conscience Commune. Il dégaine son AKM-74/2U et détruit les tubes, éliminant par là-même la Conscience-C. Plus tard, une autre scène montre Strelok dans un champ tranquille, la Zone semblant avoir disparu. Il se demandera toujours s'il a fait le bon choix ou non. C'est la fin qui est effectivement arrivée, selon les événements de Call of Pripyat. Notez également que la marque "S.T.A.L.K.E.R." sur son bras droit semble avoir disparu.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.